Hitlerjugend, l’histoire de la 12 ème division blindée

division militaire

Le nom ne vous donne pas forcément des papillons dans le ventre, mais nous pouvons vous assurer que cette 12 ème division blindée a des choses à vous raconter. Pour retracer les faits, des survivants ont accepté de se confier sur leurs années au sein d’une division national-socialiste importante.

 

Qu’est-ce que la 12 ème division blindée ?

 

Comme de nombreux groupes, périodes, œuvres ou personnages historiques, la Hitlerjugend est une division militaire qui a vu et réalisé des choses sans savoir pourquoi, ni même le véritable but à cela.

 

Tout savoir de la Hitlerjugend

Hitlerjugend, aussi nommée 12è division SS ou encore la 12 ème division blindée, est une division militaire de la Waffen SS. Cette dernière est une branche militaire des plus importantes en parallèle de la SS, régime national-socialiste. La 12 ème division blindée a été engagée sur les fronts de l’Est et de l’Ouest lors de la Seconde Guerre mondiale. Il faut savoir que la plupart des membres de cette branche étaient issus des Jeunesses hitlériennes.

 

La Jeunesse hitlérienne

Bien connue de la Seconde Guerre mondiale, la Jeunesse hitlérienne est une organisation nationale-socialiste mise en place en Allemagne dès l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933 et qui fut chargée de l’endoctrinement et de la formation prémilitaire des jeunes. Les membres de cette Hitlerjugend étaient tout un groupement de jeunes garçons mais aussi de jeunes filles dont l’âge pouvait aller de 10 à 18 ans. Dès leur plus jeune âge, dès qu’il était alors possible pour eux d’accomplir certaines missions et d’être au service des idéaux hitlériens, ces derniers étaient formés et endoctrinés grâce à une propagande rondement menée. C’est en participant à la Jeunesse hitlérienne qu’une grande partie de ces jeunes ont fini par rejoindre la 12 ème division blindée.

Lisez aussi :  Comment aider mon enfant à devenir plus autonome 

 

Parler de la Hitlerjugend, 12 ème division blindée

 

Nous savons tous qu’il peut être compliqué d’aborder certains sujets même historiques au sein de certaines conversations comme dans des œuvres littéraires ou cinématographiques. Pourtant, avec le film de Julien Johan, l’art pictural est, encore une fois, la preuve que certaines thématiques méritent d’être approfondies et mises en lumière.

 

L’art au service de la 12 ème division blindée

L’histoire de cette division n’est pas particulièrement bancale ou sensible, mais il est essentiel d’avoir en tête que cela peut tout de même choquer ou déranger certaines personnes de revenir sur une période de l’Histoire aussi sensible, surtout lorsqu’il s’agit de mettre en lumière des personnes ayant eu un poids important dans un certain nombre d’événements. 

 

Toutefois dans son œuvre, et grâce aux possibilités laissées par l’art cinématographique, Julien Johan cherche à questionner la notion du libre arbitre lorsqu’il s’agit d’enfants. En effet, il était ici question de mettre un point d’honneur sur le fait qu’il est facile d’enrôler et d’embrigader des jeunes eux-mêmes victimes de la propagande de la Hitlerjugend. De plus, le point essentiel sur lequel Julien Johan souhaite appuyer en particulier dans ce film est le fait que, toujours aujourd’hui, un grand nombre de jeunes continuent d’être les victimes de totalitarisme pour être transformés en soldats fanatiques voire pire : en criminel de guerre.

 

Un travail aux côtés de la 12 ème division blindée

Pour avoir un rendu des plus professionnels et qualitatif, pour éviter des contresens ou des fautes historiques quant au sujet de la Hitlerjugend, Julien Johan a eu l’occasion de se rapprocher de certains survivants ayant participé à certains crimes de guerre lors de leur service. Rares ont été ceux qui ont accepté de témoigner, mais quatre l’ont fait… Une belle revanche sur la liberté, non ? 

Lisez aussi :  7 éléments à considérer pour développer l'autodiscipline

 

Après avoir passé plusieurs années à effectuer ce qu’on leur demandait, après avoir pris du recul sur leur vie passée, les voilà désormais prêts à vous livrer leur histoire. Les témoignages, associés à des archives inédites, ont permis de mettre en lumière le parcours sanglant de jeunes adolescents au service d’Hitler. Grâce au travail effectué, il a été possible de dévoiler les mécanismes psychologiques de cette époque mais surtout l’organisation hitlérienne.

 

C’est en exploitant toutes les failles de l’enfance que la Hitlerjugend a su prendre possession de la psychologie des embrigadés : manque affectif, phénomène de bande, pulsions, goût du danger, recherche de reconnaissance…

 

Découvrez-en plus sur la Hitlerjugend en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.